Retour aux nouvelles

Au boulot, les microbes !

10 mars 2011
 

 

Une dictée sur les effets bénéfiques des microorganismes, c’est bien beau quand on est biologiste, mais c’est passablement difficile quand on est en cinquième année. Ça devient tout bonnement fou quand on pousse l’orthographe vers la mycologie…

Nous sommes pourtant en pleine dictée Paul Gérin Lajoie (dictée PGL) qui était présentée devant un groupe d’une douzaine d’élèves à l’école du Bois-Joli, de Delta. Les jeunes participants et participantes à cette dictée ont été sélectionnés parmi plusieurs centaines de concurrents et concurrentes des programmes francophone et d’immersion de toute la province.

Le meilleur ou la meilleure dans chacune des catégories (francophone et immersion) représenteront la Colombie-Britannique à la finale nationale de la dictée PGL à Montréal dans quelques semaines.

Voici le texte de cette dictée intitulée « Au boulot, les microbes! » :

La microbiologie s’intéresse aux microorganismes, tels les virus, les bactéries, les levures, les moisissures et les algues microscopiques. Comme tous les autres organismes vivants, les microorganismes interagissent entre eux et avec leur environnement. Parfois, ces interactions ont des effets nocifs, par exemple, lorsqu’un  virus cause une maladie infectieuse. Parfois, cependant, ces effets sont bénéfiques et peuvent avoir plusieurs utilisations pratiques.

(Fin de la catégorie « immersion « . Les élèves du CSF poursuivent avec le paragraphe suivant)

La microbiologie environnementale tire avantage des caractéristiques particulières à différents microorganismes et utilise ces derniers de maintes façons. On les emploie notamment pour décontaminer des sols ou des cours d’eau pollués. En horticulture, ils tiennent lieu d’engrais et de pesticide biologiques. Dans les mines, on se sert même de certaines bactéries qui s’attaquent à la roche pour faciliter l’extraction des métaux.

(Les phrases suivantes ont été présentées pour départager les participants en cas d’égalité. Phrases de départage : )

La partie principale d’un champignon, le mycélium, est composée d’une masse de filaments ou tubes appelés hyphes, qui se ramifient sous la surface du substrat.

Bien enfouie sous les bancs de neige, la flore arctique, riche et insoupçonnée, se développe à un rythme effréné dès que les premiers rayons printaniers réchauffent le pergélisol.

Pour se reproduire, le bolet doit laisser s’échapper les innombrables spores contenues dans les pores situés sous son chapeau; quel sport!

Dans mon for intérieur, je doute fort que tu te fores un passage jusqu’au cœur de ce fort fort fort.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Catégorie:  Coups de cœur