Retour aux nouvelles

La cause du CSF et de la Fédération des parents va de l’avant

21 juin 2013

(Richmond, le 20 juin 2013) La cause juridique amorcée par le Conseil scolaire francophone, la Fédération des parents francophones et un groupe de parents codemandeurs pour obtenir la parité en matière d’éducation francophone en Colombie-Britannique débutera comme prévu le 7 octobre prochain.

La nomination à la Cour d’appel de la Colombie-Britannique du juge Peter Willcock, qui avait été nommé pour présider cette cause, aurait pu retarder le début du procès.

Toutefois, ce matin, la nouvelle juge qui entendra le procès, Madame la Juge Loryl Russell, a déclaré qu’elle serait prête à prendre la relève du juge Willcock dans les délais prévus et que le procès pourra commencer à la date prévue.

Par ailleurs, la Cour d’appel de la province a annoncé ce matin qu’elle refusait d’entendre le gouvernement provincial qui voulait également retarder le début du procès. Les avocats du ministère de l’Éducation demandaient que l’ensemble de la cause du CSF et de la Fédération des parents soit reporté jusqu’à ce que leur appel sur un jugement rendu en octobre dernier dénonçant la situation de l’école Rose-des-vents soit entendu.

En rendant sa décision, la Cour d’appel a repris les arguments du CSF et de la Fédération des parents voulant qu’un retard additionnel dans le début de la cause juridique ait des conséquences irréparables sur l’assimilation des jeunes francophones de cette province.

Cette décision est marquante car elle confirme l’importance de la cause juridique entreprise par le CSF et la FPFCB pour obtenir la parité en matière d’éducation francophone dans toutes les régions de la Colombie-Britannique, y compris dans le secteur ouest de la ville de Vancouver.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Catégorie:  Nouvelles