Retour aux nouvelles

Projet de création d’une école francophone à White Rock

1 décembre 2010

 
(Richmond, le premier décembre 2010) Ils étaient plus d’une trentaine et tous avaient à cœur l’avenir de l’éducation de leurs enfants. Rassemblés dans une salle communautaire de White Rock le 30 novembre, ces parents voulaient évaluer avec le Conseil scolaire francophone de la C.-B., la possibilité d’ouvrir un nouveau programme d’éducation de langue française dans la région de White Rock, Surrey Sud.

Ce n’est pas la première fois que l’on parle d’éducation de langue française dans cette région du Grand Vancouver. En fait, l’école francophone fait partie intégrante de l’histoire de White Rock depuis les années 80, depuis l’époque du programme cadre, jusqu’à il y a encore 4 ans quand un groupe de parents s’était formé pour demander au CSF d’ouvrir une nouvelle école dans le secteur.

Cette histoire récente est aussi liée à celle de l’école Gabrielle-Roy de Surrey. Il y a 4 ans, l’école Gabrielle-Roy venait d’être reconstruite et avait pour vocation de desservir l’ensemble de la région de Delta, Surrey et White Rock, ce qui rendait impossible la réalisation du rêve des parents de White Rock.

Aujourd’hui, la situation est différente. Le CSF doit trouver une solution à la surpopulation étudiante de Gabrielle-Roy. De très nombreux enfants qui fréquentent actuellement EGR habitent à White Rock et la formation récente d’un nouveau groupe de parents ajoute une nouvelle urgence au projet d’implanter une école dans cette région, dès septembre 2011.

C’est donc dans ce contexte que se déroulait la rencontre du 30 novembre. Les parents présents étaient pratiquement unanimes dans leur enthousiasme, tout en étant réalistes sur les défis posés par le transport scolaire, la croissance anticipée de la nouvelle école, les horaires, la séparation des frères et des sœurs dont un continuera de fréquenter l’école Gabrielle-Roy alors que l’autre devra se rendre à la nouvelle école.

Pour le moment, le Conseil scolaire évalue l’intérêt des parents et discute avec la commission scolaire anglophone afin de trouver des locaux qui pourront répondre aux besoins à court et à long terme d’une nouvelle école. Il n’est encore question que d’un programme de la maternelle à la troisième année devant recevoir une trentaine d’enfants. Mais le potentiel de croissance est énorme dans cette région en pleine explosion démographique.

Ensuite, la décision reviendra au Conseil d’administration du CSF qui devrait la rendre dès le début de la nouvelle année.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Catégorie:  Coups de cœur