Retour à la salle de presse

Le CSF met en oeuvre dès maintenant une partie du gain historique des Franco-Colombiens pour offrir à terme une éducation secondaire véritablement équivalente dans huit communautés

3 juillet 2020

**english version follows**

Richmond, le 3 juillet 2020 –Lors de la rencontre publique spéciale du mardi 30 juin 2020, le conseil d’administration du Conseil scolaire francophone de la C.-B. (CSF) a voté en faveur d’une résolution qui améliorera l’offre de services au niveau secondaire pour plusieurs enfants et parents à travers la province. Le conseil d’administration a mandaté la direction générale et la secrétaire-trésorière de fermer progressivement les programmes secondaires hétérogènes à compter de 2020-2021, de sorte que l’année 2020-2021 constituera la dernière année où le CSF permettra à un élève de commencer un programme secondaire hétérogène et fermera tranquillement et progressivement ces programmes, le temps de laisser à la cohorte de 2020-2021 la possibilité de terminer ses études secondaires. Le CSF augmentera progressivement le nombre de niveaux offerts dans ses écoles homogènes et formulera les demandes immobilières requises à cette fin, le cas échéant.

À titre de contexte, le CSF opère 14 écoles secondaires, dont seulement six offrent toute leur programmation en français (hormis l’enseignement d’autres langues). Le CSF continue d’opérer huit programmes secondaires dits « hétérogènes », c’est-à-dire n’offrant que quelques cours en français (entre deux et quatre cours) aux élèves du CSF dans des écoles secondaires de langue anglaise, lesquels reçoivent le reste de leur éducation en anglais.

Au regard de la victoire historique des Franco-Colombiens devant la Cour suprême du Canada en juin 2020, les parents de Sechelt, de Nanaimo, de Prince George, de Powell River, de Campbell River, de Nelson, de Penticton et de Revelstoke ont droit à une « expérience éducative réellement équivalente à celle de la majorité, et ce, peu importe la taille de l’école ou du programme en question ». Les parents dans ces communautés ont droit à bien plus que deux ou quatre cours en français et le conseil d’administration du CSF a mandaté ses cadres d’améliorer l’expérience éducative qui y est offerte.

« Je suis tellement contente de ce que nous avons accompli hier soir pour nos enfants et nos parents à travers la province », indique Marie-Pierre Lavoie, présidente du conseil d’administration du CSF. « Comme l’a si bien dit ma collègue Marie-Christine Claveau lors de la rencontre d’hier, nous sommes extrêmement fiers des élèves qui sont diplômés de nos programmes secondaires hétérogènes, mais nous devons offrir bien plus à l’avenir. Nous souhaitons offrir ce à quoi ces élèves ont droit, c’est-à-dire bien plus que les quelques cours en français offerts dans les programmes secondaires hétérogènes à l’heure actuelle », ajoute-t-elle.

Pour accéder à la recommandation et la mise en contexte : cliquez ici.

Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique
Depuis sa création en 1995, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique offre des programmes et des services éducatifs valorisant le plein épanouissement et l’identité culturelle des apprenantes et apprenants francophones de la province. Partenaire dans le développement de la collectivité francophone de la Colombie- Britannique, le Conseil compte aujourd’hui plus de 6 200 élèves et 43 écoles – dont 24 écoles homogènes – et dessert une centaine de communautés réparties dans l’ensemble de la province. www.csf.bc.ca

 

*****

The CSF to immediately implement part of the historic victory of BC Francophones in order to offer in due course a substantively equivalent secondary education in eight communities

 

Richmond, July 3, 2020 – At the Special Public Meeting held on Tuesday, June 30, 2020, the Board of the Conseil scolaire francophone de la C.-B. (CSF) voted in favor of a resolution that will improve the services offered at the secondary level for many parents and children across the province. The Board has mandated that the Superintendent and the Secretary-Treasurer begin the gradual closure of heterogeneous secondary programs beginning in 2020-2021, which means that the 2020-20201 school year will be the final year in which the CSF will permit students to begin a heterogeneous secondary program. The slow and gradual closure of these programs will allow the 2020-2021 class the possibility of completing their secondary studies. The CSF will gradually increase the number of grades offered in its homogeneous schools, and, where applicable, will make the capital requests required to achieve this.

For context, the CSF operates 14 secondary schools, only six of which offer all of their programming in French (with the exception of other secondary language education). The CSF continues to operate eight “heterogeneous” secondary programs in which only a few courses (between two and four) are offered in French in English-language secondary schools, students receive the rest of their education in English.

In light of the BC Francophones’ historic victory before the Supreme Court of Canada in June 2020, parents of Sechelt, Nanaimo, Prince George, Powell River, Campbell River, Nelson, Penticton, and Revelstoke have the right to an “educational experience that is substantively equivalent to the experience provided to the majority, regardless of the size of the school or program in question”. Parents in these communities have the right to far more than two to four courses taught in French, and the CSF has called on its administration to improve the educational experience offered to them.

I am so happy with what we accomplished last night for our children and parents throughout the province”, stated Marie-Pierre Lavoie, president of the CSF. “As my colleague Marie-Christine Claveau stated so well during our meeting yesterday, we are extremely proud of the students who have graduated from our heterogeneous secondary programs, but we must offer much more in the future. We want to give students the education that they have a right to, which means much more than just the few courses currently offered in French in heterogeneous secondary programs,” she added.

Catégorie:  Communiqués