Retour à la salle de presse

Le patrimoine autochtone canadien au cœur de l’Entente de rehaussement

10 avril 2015

10 avril 2015 – Le Conseil scolaire francophone (CSF) mettait en lumière la signature de sa deuxième entente de rehaussement de l’éducation autochtone par un banquet offrant des mets autochtones et canadiens-français où le saumon sauvage de la
C.-B. et un dessert au sirop d’érable étaient à l’honneur.

Une entente de rehaussement de l’éducation autochtone représente un engagement de la part des conseils scolaires, des communautés autochtones locales et du ministère de l’Éducation de collaboration pour appuyer la réussite des élèves autochtones. L’entente découle d’un processus de consultations auquel ont participé des élèves, des parents, des membres des communautés autochtones et des aînés.

L’entente comprend trois buts échelonnés sur les cinq prochaines années. Le premier but consiste à renforcer l’estime de soi et la fierté en faisant honneur aux contributions, à la culture et au patrimoine historique de tous les peuples autochtones du Canada, dont les Métis, les Inuits et les Premières Nations de la C.-B. Le deuxième but définit l’engagement à l’égard de la réussite scolaire. Le Conseil scolaire francophone souhaite que tous les élèves autochtones obtiennent les deux diplômes de fin d’études secondaires de la Colombie-Britannique, le Dogwood et le Cornouiller. Le troisième but vise à développer les compétences des élèves en matière de leadership dans leurs communautés francophones et autochtones.

À l’échelle provinciale, le taux de complétion sur six années par cohorte a atteint un niveau record de 62 %. Le CSF fait partie des conseils scolaires chefs de file dans ce domaine, car son taux de complétion sur six ans est passé de 71 % en 2009-2010 à 100 % en 2013-2014. En 2013-2014, le CSF comptait 482 élèves autochtones au sein de sa population totale de 5 068 élèves.

En tant que Conseil scolaire francophone, le CSF reconnaît tous les territoires traditionnels des Premières Nations dans lesquels ses 37 écoles sont situées. Le bureau central du CSF se trouve sur le territoire traditionnel de la Première Nation de Musqueam.

Citations :

Peter Fassbender, ministre de l’Éducation
« Le Conseil scolaire francophone donne aux élèves la possibilité d’apprendre en français et en anglais, tout en honorant leur patrimoine autochtone. Alors qu’il signe sa deuxième entente de rehaussement en éducation autochtone, il a déjà atteint un taux de complétion sur six ans de 100 %. Il prouve ainsi que ces ententes sont valables et pertinentes. »

Roger Hébert, président du conseil d’administration
« Dans le respect et l’honneur de tous les peuples autochtones, sous le signe de l’harmonie et de la sagesse partagées, nous continuerons à travailler ensemble selon une démarche mutuellement bénéfique pour élaborer des programmes appropriés et valables dont profiteront tous nos élèves autochtones. Le CSF croit qu’il est important que ses écoles établissent des liens avec les communautés autochtones locales et veillent à ce que ces relations encouragent le développement et la compréhension des communautés autochtones auprès des jeunes. »

Larry Grant, aîné de Musqueam
« Je suis très heureux que le CSF ait reconnu les Musqueam, leur territoire, leur langage et leur culture dans ses initiatives visant à nouer de bonnes relations avec les peuples autochtones du pays. Pour les élèves autochtones, le programme d’Éducation autochtone est un tremplin qui accorde une grande importance au renforcement de l’estime de soi et à la découverte de leurs valeurs culturelles. La force de ce savoir produira la réussite scolaire aux niveaux présecondaire et postsecondaire qui a toujours fait partie des traditions orales de tous les peuples autochtones de la Colombie-Britannique. Je remercie les dirigeants du CSF de cette initiative judicieuse qui s’inscrit dans sa vision d’un programme d’éducation plus unifié. »

 

Faits en bref

  • Le Conseil scolaire francophone reconnaît le territoire traditionnel de la Première Nation
  • La population totale des 5 068 élèves du CSF compte 482 élèves autochtones, ce qui représente une proportion de 9,6 %.
  • Le CSF a pour caractéristique unique de servir des élèves dans toute la province de la Colombie-Britannique.
  • Le financement provincial accordé à l’Éducation autochtones dans le système scolaire public de la C.-B. de la maternelle à la 12e année correspond à 64,1 millions $ pour l’année scolaire 2014-2015, soit plus de 1 160 $ par élève.

Pour visionner le reportage réalisée par Radio-Canada

Pour entendre l’entrevue réalisée par Radio-Canada

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Catégorie:  Communiqués Études autochtones